2016, février, 25

L'anorgasmie

 

 

La dysfonction orgasmique est une inhibition de la réponse orgasmique, qui peut être:

 

-  primaire ou secondaire

-  absolue: incapacité d’atteindre l’orgasme en fonction de la source, du type ou du contexte de stimulation

-  situationnelle: uniquement dans certaines circonstances précises

 

 

  • D’un point de vue biologique : Présence d’effets secondaires des antidépresseurs ou autres facteurs médicaux et iatrogènes…
  • D’un point de vue physiologique : Lié à l’état de la musculature péri-vaginale ou à une sensibilisation au stress entrainante des contractions musculaires
  • D’un point de vue comportemental: L’éducation sexuelle rigide ou stricte favorise l’anorgasmie. Les expériences sexuelles traumatiques sont la source de plusieurs troubles sexuels, incluant l’anorgasmie
  • D’un point de vue relationnel : Le climat conjugal influence de façon significative la fréquence et la qualité des activités sexuelles, ainsi que les troubles liés au fonctionnement sexuel de la femme. Les problèmes de communication ainsi que les dysfonctions provenant du partenaire seront à analyser
  • D’un point de vue émotionnel : L’expérience clinique nous montre une mauvaise image de soi, un manque de confiance en soi, des pensées négatives, des croyances limitantes, des fausses attentes ou des idées irrationnelles
  • D’un point de vue de l’imaginaire : Souvent pauvre ou peu intensifié
  • D’un point de vue intra-personnel : Manque d’apprentissage ou de maturité sexuelle

 

 

Quelles solutions le sexologue peut-il proposer ?

 

L’analyse du thérapeute doit être précise et l’interrogatoire complet. Nous pouvons agir sur toutes les défaillances décrites ci dessus. La thérapie sera probablement axée sur une structure de « type multimodal ».

Les motivations de la patiente doivent être identifiées et claires auxquelles cas un travail thérapeutique sur les attentes seront à réaliser en préambule.

Il est recommandé d’utiliser une composante cognitive motivationnelle afin de déclencher dans l’esprit de la patiente une énergie suffisante permettant de revisiter sa sexualité, c’est à dire d’avoir envie de repartir de zéro afin de créer un continuum sexuel qui permettra d’atteindre l’orgasme. L’orgasme s’apprend !

 

Claude GENNA – Sexologue Clinicien – 10 octobre 2015 – Conférence à la Faculté de Médecine de Nice