Sexologue Clinicien & Sexothérapeute
Chargé d'enseignement au CHU de Nice et à la Faculté de Médecine de Nice
Conférencier, Éditorialiste & Médias

Mon blog

2016, février, 25

L'anorgasmie

 

 

La dysfonction orgasmique est une inhibition de la réponse orgasmique, qui peut être:

 

-  primaire ou secondaire

-  absolue: incapacité d’atteindre l’orgasme en fonction de la source, du type ou du contexte de stimulation

-  situationnelle: uniquement dans certaines circonstances précises

 

 

  • D’un point de vue biologique : Présence d’effets secondaires des antidépresseurs ou autres facteurs médicaux et iatrogènes…
  • D’un point de vue physiologique : Lié à l’état de la musculature péri-vaginale ou à une sensibilisation au stress entrainante des contractions musculaires
  • D’un point de vue comportemental: L’éducation sexuelle rigide ou stricte favorise l’anorgasmie. Les expériences sexuelles traumatiques sont la source de plusieurs troubles sexuels, incluant l’anorgasmie
  • D’un point de vue relationnel : Le climat conjugal influence de façon significative la fréquence et la qualité des activités sexuelles, ainsi que les troubles liés au fonctionnement sexuel de la femme. Les problèmes de communication ainsi que les dysfonctions provenant du partenaire seront à analyser
  • D’un point de vue émotionnel : L’expérience clinique nous montre une mauvaise image de soi, un manque de confiance en soi, des pensées négatives, des croyances limitantes, des fausses attentes ou des idées irrationnelles
  • D’un point de vue de l’imaginaire : Souvent pauvre ou peu intensifié
  • D’un point de vue intra-personnel : Manque d’apprentissage ou de maturité sexuelle

 

 

Quelles solutions le sexologue peut-il proposer ?

 

L’analyse du thérapeute doit être précise et l’interrogatoire complet. Nous pouvons agir sur toutes les défaillances décrites ci dessus. La thérapie sera probablement axée sur une structure de « type multimodal ».

Les motivations de la patiente doivent être identifiées et claires auxquelles cas un travail thérapeutique sur les attentes seront à réaliser en préambule.

Il est recommandé d’utiliser une composante cognitive motivationnelle afin de déclencher dans l’esprit de la patiente une énergie suffisante permettant de revisiter sa sexualité, c’est à dire d’avoir envie de repartir de zéro afin de créer un continuum sexuel qui permettra d’atteindre l’orgasme. L’orgasme s’apprend !

 

Claude GENNA – Sexologue Clinicien – 10 octobre 2015 – Conférence à la Faculté de Médecine de Nice

2015, octobre, 10

L'orgasme dans tous ses états

 

 

Comment pouvons nous reconnaître l’orgasme ?

 

L’orgasme est l’aboutissement d’un seuil ou un niveau de stimulation atteint à partir duquel une sensation voluptueuse est constituée par réactions physiologiques précises:

  1. De 3 à 12 contractions du plancher pelvien espacées de 0,8 secondes (utérus, sphincter anal, modification du flux sanguin C et V) suivie de 2 à 4 secondes de contractions musculaires douce du vagin
  2. Le rythme cardiaque est de 160 à 180 b/m
  3. La respiration s’accélère
  4. La tension artérielle augmente (3-10 mm Hg pression systolique)
  5. Les taux circulants de prolactine, vasopressine, adrénaline et ocytocine augmentent avec l’orgasme

 

 

Quelle est la différence entre l’orgasme clitoridien et l’orgasme vaginal ?

 

L’orgasme « clitoridien » est la principale source sensorielle, il est:

  1. Indispensable pour certaines femmes
  2. Stimulé par caresses ou par pression
  3. Activé par soi même ou par ses partenaires
  4. plus vif et très intense physiquement

 

 

L’orgasme « vaginal » est l’aboutissement d’un sommet, il est:

  1. Plus diffus dans le corps tout entier
  2. Activé par friction ou par pression
  3. Définit par des sensations de vibration
  4. Dure plus longtemps
  5. Très satisfaisant d’un point de vue psychologique

 

 

Nous savons aujourd'hui, par les nombreuses recherches, qu’il n’y a qu’un seul orgasme.

C’est un continuum pouvant débuter par la stimulation clitoridienne puis se prolonger par les réactions physiologiques du vagin.

Ainsi, l’apprentissage des réactions de ses fonctions corporelles et émotionnelles permet d’induire cet état de sublimation.

 

 

Quelles sont les singularités de l’orgasme ?

 

 

  • Personnel et spécifique en fonction de chacune des femmes
  • Peut dépendre de l’intensité d’excitation
  • Atteint entre quelques minutes et pouvant aller jusqu’à 20 mn
  • Répétitif ou multi orgasmique

 

  • L’orgasme ne peut être compris que par une connaissance claire et précise de la conceptualisation propre de la sexualité de chaque femme.

 

 

Claude GENNA - Sexologue Clinicien - Conférence du 10 octobre 2015 - Faculté de Médecine de Nice

2014, septembre, 03

A propos de l’éjaculation précoce…

 

DEFINITION

L’éjaculation précoce (EP) ou l’éjaculation prématurée (EP) ou encore l’éjaculation à retarder répondent principalement à trois critères malgré 14 définitions ayant cours au sein de la sexologie.

Lire la suite